Vie de l'association /
Zoom sur les actions au Niger

Zoom sur les actions au Niger

DERNIERES NEWS DU NIGER

ENFIN, une salle de classe à Kerboubou a de l’éclairage !

La nuit tombe très tôt, vers 18 h, et sans éclairage les élèves qui restent à l’école ne peuvent pas continuer à faire leurs devoirs.

Merci à ESF (Energie Sans Frontière), organisation qui conduit des projets de solidarité internationale, pour la fourniture des panneaux solaires.

Anketil, enseignant à Kerboubou, remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont permis d’éclairer cette salle de classe CM2 au Niger !

« La classe du cm2 est convenablement électrifiée car nous y avons installé les 3 plaques et leurs batteries et cela donne très bien » nous a-t-il dit.

Nouveau YAKHIA INFO

Le Yakhia Info n°31 de Janvier 2017 peut être téléchargé ici

Voyage à Agadez Dec 16

Depuis le 14 février 2010 aucun avion tourisitque ne s'était posé à Agadez pour des raisons de sécurité...zone rouge ! En décembre 2016, un voyage exceptionnel a pu être organisé par Point Voyages sur Agadez.

La Présidente de l'association a choisi de profiter de ce séjour pour organiser la réunion annuelle avec les différents responsables en lien avec l'association sur place. Elle a pu ainsi rencontrer différents partenaires qui vont permettre un nouvel élan.

Voici le compte rendu de ce séjour :

COMPTE RENDU DE LA REUNION ANNUELLE du VENDREDI 14 DECEMBRE à la Mission Catholique d’Agadez

Au préalable, nous avions déterminé avec Mohamed la liste des personnes à inviter (responsables de villages et de coopératives, matrones, secouristes, enseignants). Toutes les personnes ont effectué ce long voyage, dans des conditions bien différentes des nôtres. Pour les femmes en particulier, c’est un voyage fatigant en camion et très exceptionnel pour elles. Le lieu a été précisé au dernier moment pour des mesures de sécurité.

Tous les villages de la vallée d’Amdigra sont représentés : Tekilkat, Temile, Idib, In Issili, Emalagh, In Wajoud Intigit, In Wajoud Intaydéné et le campement de Kerboubou. Nous avions prévu 27 personnes pour la rencontre. Trois personnes de plus se sont ajoutées. Il s’agit de Kamat Mohamed qui a accompagné les femmes d’Emalagh, Adasso Boucha, présidente adjointe de Amalaye et Assaghid Amba de Témile.

La matrone titulaire de Témile n’est pas venue, car elle est très âgée. Elle s’est fait remplacer par sa fille qui a déjà eu plusieurs formations et qui a déjà pris sa place.

Les échanges se font principalement en langue touareg, Anketil fait une traduction simultanée.

Mohamed remercie toutes les personnes présentes d’avoir fait ce long voyage. Une bénédiction est donnée (moment de recueillement) afin que cette rencontre se passe dans les meilleures conditions.

Je prends ensuite la parole pour à nouveau remercier et dire combien il est important de se voir, que je suis très heureuse d’être là, que je suis seule ici à Agadez, mais que nos amis en France sont avec nous par la pensée. Je précise aussi que nous sommes une petite association très active. Nous organisons des évènements tout au long de l’année pour financer ces projets d’entraide. Je remercie Mohamed et Anketil pour la qualité de leur travail qui nous permet de continuer notre soutien dans les conditions actuelles.

La parole est donnée à l’assistance :

I – RESEAUX D’EAU, PUITS :

TEKILKAT : Atchimba, responsable de coopérative, demande un réseau d’eau pour les animaux et pour les gens. Cette demande concerne 7 foyers x 5 personnes, soit 35 personnes environ qui habitent à deux km de Tekilkat.

IDIB : Le chef du village explique qu’ils n’ont pas de réseau d’eau. L’école est loin du puits (1 km) l’idéal est que l’eau arrive jusqu’à l’école. Il faudrait réaliser un contre puits, car le puits mesure 13 m et l’eau ne peut pas aller jusqu’au bout.

TASSAMAKAT : l’eau du puits est salée. Il contient du minéral. Le puits a une profondeur de 6 m. Cette eau n’est pas nocive à la consommation, mais impossible de la boire, ni pour les gens ni pour les animaux, car salée ou natronnée. Essayer de trouver une solution…

Zone d’EMALAGH : deux présidentes représentent les deux campements.

Elles ont réalisé deux magasins bien construits – elles ont de l’eau, mais pas de moto-pompe (l’eau est puisée à la main). Elles souhaitent aussi un réseau d’eau (deux quartiers, donc deux réseaux).

Il n’y a pas d’école, l’école se trouve à Attri à 15km ou Tekilkat à 9 km

Une particularité soulignée par Mohamed : dans ces campements, les femmes gèrent seules et courageusement les problèmes quotidiens, car les maris sont partis à l’extérieur pour trouver du travail.

SABON GARI : ont un puits et un réseau, mais n’ont plus de moteur. Les responsables du village demandent un moteur et des tuyaux pour remplacer ce qui est actuellement prêtés.

Je rappelle la nécessité de prendre correctement les mesures des jardins ou des conduites d’eau. Quand un projet est réalisé, il n’est pas logique de revenir sur les éléments qui ont été communiqués.

Pour mémoire : quatre jardins scolaires fonctionnent : IN TEDEYNE – KERBOUBOU – TEMILE – INTIGIT

A signaler : beaucoup d’autres demandes de réseaux ou puits ont été formulées. Les demandes écrites ont été remises en fin de réunion.

II – SANTE : DEUX SECOURISTES/DEUX MATRONES PRESENTS

Les secouristes sont bénévoles. Ils demandent aux patients une participation aux médicaments, ce qui représente leur rémunération. Les maladies soignées sont principalement : maux de tête, ventre (mauvaise digestion), rhume, bronchite, fièvre, palu.

Toutes ces personnes ont suivi en 2016 la formation sur la spiruline.

La demande à l’association concerne un financement pour les médicaments.

Mohamed apporte cette précision : « Pour la rémunération des matrones, il existe un système traditionnel : après son intervention : accouchement ou autre, la matrone reçoit une rémunération en nature : pagnes, savon, mil, riz et aussi un peu d’argent selon les moyens de la famille où la matrone intervient. Dans un village, la matrone est la grand-mère de tous les enfants et la maman de tous les parents. Elle est aidée par tout le monde tout le temps. Elle est prise en charge par la communauté. Autre chose : souvent ce sont les matrones qui s’occupent des toilettes mortuaires des femmes dans le village.

III - LES ECOLES

TEKILKAT : depuis la construction de la nouvelle école par l’Etat, l’école précédente que nous avions financée en 2005 est utilisée maintenant comme magasin (fournitures scolaires, alimentations et hébergement).

Ils ont 5 chèvres financées par l’association (les enfants boivent le lait).

Tékilkalt ne dispose pas de jardin scolaire

TEMILE : l’école « Unicef » est utilisée même s’il y a des problèmes aux portes et fenêtres (mauvaises charnières), ce qui pose des problèmes de sécurité.

KERBOUBOU : les enseignants demandent une clôture du jardin de l’école. Cette protection est indispensable pour la sécurité des élèves, car il y a une piste qui passe à côté (brigands, trafiquants…)

Mohamed récapitule l’aide annuelle apportée par l’association pour les écoles :

- Fournitures

- Médicaments

- Bibliothèque

- Aide pour le bon fonctionnement des jardins scolaires.

L’aide du PAM est apportée pour les écoles de KERBOUBOU, IN ISSILI, TEMILE, In WAJOUD INTIGIT. Pour les écoles qui ne bénéficient pas de l’aide IDIB, TEKILKAT, IN WAJOUD INTEDAYNE, Mohamed demande de faire une demande écrite auprès du PAM. Le directeur d’In WAJOUDE INTEDAYNE nous remet la lettre qu’il a préparée.

IV - PALMERAIE DOUM

TEMILE : présents à la réunion : la présidente, le président du Coges* et le directeur de l’école :

Mohamed rappelle les grandes lignes du projet. Les problèmes de grillage et de puits ont été résolus. Depuis les femmes ont planté des tomates, salades, semé du moringa (deux récoltes), mais les plants sont attaqués par une chenille. Un traitement a été effectué et les branches malades ont été coupées. Les plants de la palmeraie mesurent 50 cm environ et il y a 85 plants. Les premières coupes des tiges pourront s’effectuer dans quatre ans.

Gaz oil : ce qui a été fourni a permis de fonctionner jusqu’à fin décembre 2016, il faut prévoir 250 litres pour l’année 2017.

Je souligne l’importance de ce projet, un projet dont le financement est important. Et s’il réussit, il pourrait être un modèle repris dans d’autres zones de la vallée.

KERBOUBOU : souhait de faire une plantation de palmeraie doum comme à Temile. Mohamed propose de planter des gommiers qui poussaient autrefois dans cette zone. Ils souhaiteraient également réaliser une pépinière pour ravitailler les autres écoles. A voir.

V – ARTISANAT

Voir artisanat historique ou artisanat articles

LES PANIERS de TEMILE : Mohamed fait part de ses remarques, à savoir inégalité du travail, défauts… Je précise que ces paniers ne sont pas vendables en l’état et que ceux que nous avons reçus ont été vendus à bas prix. Pour l’instant, nous n’effectuerons plus de commande tant que la qualité ne sera pas améliorée.

MACHINES A COUDRE : des financements importants ont été apportés cette année pour les réparer et pour former les utilisatrices. Je rappelle qu’il est important de préserver le matériel ; dans tous les cas, l’association ne pourra plus remplacer les machines défectueuses.

TRICOT : les femmes de la coopérative d’Atchimba, Sabon gari et Tekilkat tricotent. (information précieuse pour l’envoi de laine au Niger).

VI - DIVERS

Je rappelle l’importance d’avoir des photos et des factures pour nos donateurs en France. Mohamed appuie cette demande.

Un dernier mot sur le container qui devrait arriver très prochainement. Je précise que chaque colis a bien été identifié par lieu, que nous avons essayé de mettre la même chose dans chaque école et coopérative avec dictionnaires, livres enfants, vêtements…

En fin de réunion, les personnes nous remettent de nombreuses demandes écrites pour leur village. Ces demandes seront étudiées. Mohamed précise que tout ne pourra pas être financé cette année, que certaines seront programmées plus tard en fonction des budgets de l’association Yakhia.

Voici la conclusion de Mohamed :

« La conclusion a été très émotive pour moi. Marie-lou m’a fait beaucoup d’éloges et a dit à tout le monde la qualité du travail que j’avais accompli.

J’ai conclu en disant que l’Association Yakhia a commencé pour moi dans les années 1960 quand mon père et Yakhia ont mis en place la Mission Catholique de Tchirozérine et l’école qui m’a permis d’être ce je suis aujourd’hui.

Nous sommes plusieurs enfants de cette époque à avoir bénéficié du sacrifice ainsi consenti car ces personnes qui ont fait ce gigantesque travail gratuitement sont toutes décédées aujourd’hui. Un grand merci à elles. Que leur âme repose en paix ! »

Un grand merci à la mission Catholique d’Agadez qui nous a accueillis gracieusement dans leurs locaux, merci à Alice pour les bonnes cacahuètes grillées.

COGES : groupement parents d’élèves

Le compte rendu a été fait par Marie Hélène Roche (Marielou), Présidente de l’association avec des précisions apportées par Mohamed.

  • Lors de ce séjour la Présidente a pu rencontrer deux des trois élèves qui bénéficient d'un soutien d'une école du Canada par l'intermédiaire d'un membre de notre association. Pour en savoir plus veuillez cliquer

  • A découvrir....... l'article paru dans le "libé" du 5 janvier 2017 avec un clin d'oeil sur notre association ! Niger : Agadez, «porte du désert» coupée du monde par un cordon sécuritaire cliquer pour lire l'article

DONS YAKHIA 2016

2016 actions diverses au Niger

Au 29 mai 2016

Actuellement, il fait très chaud. L’activité au jardin est suspendue en attendant les rares pluies de juillet.

C’est le moment pour creuser des puits, réaliser des diguettes, entretenir la piste.

Un soutien scolaire très important a été apporté à l’école d’Intédéné. D’autres projets sont en cours, tels que la palmeraie doum et nécessite une attention continue.

Les 18 machines à coudre sont actuellement réparées par Gourgou.

Les photos que nous venons de recevoir vous permettront de suivre ces réalisations.

I - CONSTRUCTION DE NOUVEAUX PUITS

Villages concernés : Tassamakhat Azzatan Takoukout: Tamaché Idib

Dans le village d’Intedene, après quatre essais vains, ils ont enfin trouvé de l’eau. Un parent d’élève a offert un espace au sein de son jardin. Une attestation signée par le propriétaire, atteste la mise à disposition de cet espace. L’association financera le matériel nécessaire afin que le jardin soit opérationnel en juillet août.

Surcreusage de 2 puits pastoraux à Emalagh. C’est un travail à reprendre chaque année pour passer la saison sèche et chaude.

DIGUETTES : les jardiniers de Immalaye, Tamaché, Azzatan sont en train de créer des diguettes pour protéger leur jardins des eaux de ruissellement en cas de fortes pluies.

LA PISTE « Yakhia » : actuellement des petits travaux d’entretien sont effectués sur cette cette piste de 10 km financée par notre association.

JARDIN SCOLAIRE : l’association vient de financer des semences potagères pour le démarrage des jardins scolaires.

II - SOUTIEN A LA SCOLARITE dans le village de Inwajoud Intédéné dont la population est estimée à 1100 habitants avec une seule classe.

Très peu d’élèves viennent à l’école.

Nous avons senti une réelle motivation des parents d’élèves, de l’enseignant pour encourager les enfants à venir à l’école régulièrement. C’est pourquoi, nous avons décidé avec l’enseignant et les parents d’élèves de financer un repas pour une cinquantaine d’élèves et de trouver des familles d’accueil pour la nuit pour les enfants qui restent sur place.

Dernière nouvelle : nous venons de recevoir un bilan très positif : «Cette cantine a permis de mobiliser les élèves à l’école, rehaussé le taux de fréquentation. L’effectif actuel des élèves inscrits présents est de 47 dont 15 filles. »

Composition du repas : sacs de mil – du riz – tomates – huile – sel

III – REIMPLANTATION DE PALMIERS DOUM sous la responsabilité des femmes.

Ce projet a démarré en 2015. En 2016, il a fallu renforcer la clôture, financer un autre puits pour assurer un arrosage régulier, des canalisations et un bassin de rétention. Des graines de Moringa ont été également semées. Les populations connaissent et apprécient cet arbuste pour ses qualités nutritives et médicamenteuses.

IV – ATELIERS FEMMES : 18 machines à coudre ont été réparties dans la vallée d’Amdigra. Gourgou, le réparateur vient de vérifier toutes ces machines financées par notre association les années précédentes.

Merci à Gourgou